Photographies en relief

Photos en relief des monts Célestes

Ces photos sont conçues pour être admirées avec le Pokescope (un instrument difficile à se procurer et qui coûte une petite somme, surtout quand on voit à quoi il ressemble). Une méthode alternative serait de loucher pour faire coïncider les deux photos (si vous y arrivez je vous paie à boire !). Cliquez sur les photos pour une visualisation plein écran. Le relief se perçoit mieux en s’éloignant d’1 m de l'écran.


Ces quelques photos en relief permettront de vous donner un bref aperçu de ce magnifique voyage, en attendant sa mise en ligne complète sur ce site. Elles ont toutes été prises le même jour (23 août 2009), lors du vol en hélicoptère de trois quarts d’heure qui nous a ramenés du camp de base du Khan Tengri, situé à 4000 d’altitude sur le glacier Iniltchek, jusqu’au camp de Karkara d’où nous avions débuté le trek trois semaines plus tôt. Il est à noter que le survol d’une chaîne montagneuse se prête bien à la photographie en relief, en raison de la vitesse de déplacement de l’appareil (de l’ordre de 200 km/h) : il suffit d’attendre une ou deux secondes entre les deux photos.

Une première photo prise lors du survol du glacier Iniltchek (nous étions à proximité du pic Balakov) :

Aux environs du pic A Balakov (Балаков) (5861 m)  Aux environs du pic A Balakov (Балаков) (5861 m)

Ici l’on aperçoit à gauche (en arrière-plan) le flanc du pic Maxim Gorkii, et à droite le pic Sovietskaïa Kirghizia (oui les seules cartes dont je dispose sont un peu datées comme l’on peut s’en rendre compte…)

Un contrefort du pic Maxim Gorkii (6050 m) ; le pic Sovietskaïa Kirghizia (Советская Киргизия) (5650 m)  Un contrefort du pic Maxim Gorkii (6050 m) ; le pic Sovietskaïa Kirghizia (Советская Киргизия) (5650 m)

Ce même pic est visible sur la photo suivante, cette fois-ci accompagné, à droite, du pic Krupskaïa.

Le pic Sovietskaïa Kirghizia (Советская Киргизия) (5650 m), le pic Krupskaïa (5480 m)  Le pic Sovietskaïa Kirghizia (Советская Киргизия) (5650 m), le pic Krupskaïa (5480 m)

On aperçoit sur la photo suivante, le contrefort du pic A. Balakov, ainsi que le pic Maxim Gorkii (les deux situés à gauche de la photo). Cette photo est bien postérieure au précédente, mais a été prise vers l’arrière de l’appareil.

Le contrefort du pic A Balakov (Балаков) (5861 m) ; le pic Maxim Gorkii (6050 m)  Le contrefort du pic A Balakov (Балаков) (5861 m) ; le pic Maxim Gorkii (6050 m)

On retrouve sur cette photo les mêmes pics que sur la deuxième de la série. Notons que les montagnes au premier plan n’ont pas de nom, comme c’est le cas d’un grand nombre des milliers de pics secondaires de cette chaîne, au demeurant difficile d’accès. Notons aussi que (paraît-il) de nombreuses montagnes n’ont jamais non plus été gravies.

Un contrefort du pic Maxim Gorkii (6050 m) ; le pic Sovietskaïa Kirghizia (Советская Киргизия) (5650 m)  Un contrefort du pic Maxim Gorkii (6050 m) ; le pic Sovietskaïa Kirghizia (Советская Киргизия) (5650 m)

Une nouvelle montagne maintenant sur la droite : le pic Mikhailov. Et à gauche on retrouve nos Советская Киргизия et autres Крупская.

Le pic Sovietskaïa Kirghizia (Советская Киргизия) (5650 m), le pic Krupskaïa (5480 m) et le pic Mikhailov (Михайлов) (5360 m)  Le pic Sovietskaïa Kirghizia (Советская Киргизия) (5650 m), le pic Krupskaïa (5480 m) et le pic Mikhailov (Михайлов) (5360 m)

Continuant toujours notre redescente du glacier Iniltchek (glacier que malheureusement vous ne pourrez voir sur cette page, il vous faudra attendre le récit complet !), voici maintenant le pic Petrovski et le pic Tiourine (situés, comme les précédents, sur la rive gauche du glacier, je n’ai pas pu changer de hublot au cours du vol…).

Le pic Petrovski (Петровский) (5860 m), le pic Tiourine (Тюрин) (5476 m) à droite (vue partielle)  Le pic Petrovski (Петровский) (5860 m), le pic Tiourine (Тюрин) (5476 m) à droite (vue partielle)

Bon allez, si vous y tenez, vous pouvez quand même aller voir ce glacier ici (7e photo…).

L’hélicoptère a franchi une ligne de crête à 4800 m d’altitude environ (il paraît que ce type d’appareil est capable de voler jusqu’à 6000). De l’autre côté, voici un sommet voisin du pic Pioneer, dont je me demande bien comment un nom aussi américain a bien pu se retrouver sur une carte d’état major soviétique !

Montagne à 5246 m située à l’ouest du pic Pioneer (5348 m)  Montagne à 5246 m située à l’ouest du pic Pioneer (5348 m)

Le même, quelques secondes plus tard…

Montagne à 5246 m située à l’ouest du pic Pioneer (5348 m)  Montagne à 5246 m située à l’ouest du pic Pioneer (5348 m)

D’autres sommets sans nom, qui à l’instar des précédents dominent la rive gauche du glacier Mushketov (Мушкетов). 

Montagne dominant le glacier Mushketov (Мушкетов)  Montagne dominant le glacier Mushketov (Мушкетов)

Par contre pour ce glacier, il vous faudra vraiment attendre (il est il est vrai bien moins spectaculaire que l’autre…).

Bien que l’on ne s’en rendre pas compte, nous quittons peu à peu le massif du Tien-Shan central. La montagne que l’on aperçoit ci-dessus, située cette fois-ci sur la rive droite du Mushketov, ne fait « que » 4302 m (il s’agit du pic Adyr Terr ; c’est toutefois l’un des rares de ces sommets secondaires pour lequel un nom est mentionné sur la carte).

Le pic Adyr Terr (4302 m)  Le pic Adyr Terr (4302 m)

Encore quelques contreforts neigeux du massif :

Derniers contreforts neigeux du massif des Tien Shan  Derniers contreforts neigeux du massif des Tien Shan

Ont suivi encore une vingtaine de minutes de vol pendant lesquelles je n’ai presque plus pris de photo. Si ce n’est celle-ci, histoire de montrer combien le paysage a changé en l’espace de quelques minutes ! Notre point d’atterrissage, Karkara, n’est plus situé qu’à 2200 m d’altitude…

En survolant la rivière Karkara (Қарқара) (vue sur une vallée affluente)  En survolant la rivière Karkara (Қарқара) (vue sur une vallée affluente)