Photographies en relief

Vues de Chine en relief

Ces photos sont conçues pour être admirées avec le Pokescope (un instrument difficile à se procurer et qui coûte une petite somme, surtout quand on voit à quoi il ressemble). Une méthode alternative serait de loucher pour faire coïncider les deux photos (si vous y arrivez je vous paie à boire !). Cliquez sur les photos pour une visualisation plein écran. Le relief se perçoit mieux en s’éloignant d’1 m de l'écran.

Contrairement au précédent en Égypte, ce voyage ne se prêtait guère aux photos en relief : d’abord le temps a été médiocre, or les nuages perturbent la vision en relief du fait de leur mouvement entre les deux prises de vue. D’autre part les sites culturels et archéologiques sont très fréquentés, rendant très rares les occasions de prendre des clichés sans personne (là aussi, c’est une condition nécessaire pour éviter le mouvement entre les deux vues). Enfin, la partie montagneuse du voyage était très souvent encaissée au fond de vallées, n’offrant guère l’occasion de panoramas en hauteur (dépourvus de premier plan), lesquels fournissent normalement les meilleurs occasions de photos en relief.

Visite de Pékin

De la Cité interdite je n’ai pu retenir que cette vue, montrant des monuments secondaires mais offrant l’avantage d’être presque déserte (enfin, il ne faut pas être trop exigeant).

Une vue partielle de la cité Interdite à Pékin (le palais de la Pureté céleste), le 4 août 2005  Une vue partielle de la cité Interdite à Pékin (le palais de la Pureté céleste), le 4 août 2005

Les tours de la Cloche et du Tambour, que j’ai visitées en dehors du programme officiel (pendant que le reste du groupe faisait des achats…) m’ont fourni les meilleures occasions de faire des photos de Pékin en relief. Pour commencer, voici la tour de la Cloche vue depuis celle du Tambour.

La tour de la Cloche vue depuis celle du Tambour (Pékin), le 4 août 2005  La tour de la Cloche vue depuis celle du Tambour (Pékin), le 4 août 2005

Et voici la vue inverse : la tour du Tambour depuis celle de la Cloche. 

La tour du Tambour (Pékin) vue depuis celle de la Cloche, le 4 août 2005  La tour du Tambour (Pékin) vue depuis celle de la Cloche, le 4 août 2005

Ces deux tours offraient également (en dépit du temps maussade) une vue intéressante sur les quartiers alentour : les ruelles traditionnelles du vieux Pékin, malheureusement remplacées inexorablement par des barres de HLM.

Quelques vieux quartiers de Pékin vus de la tour de la Cloche, le 4 août 2005  Quelques vieux quartiers de Pékin vus de la tour de la Cloche, le 4 août 2005

Et pour terminer avec Pékin, cette photo prise à la fin du voyage dans le parc du temple du Ciel. Ledit temple étant en restauration, nous ne l’avons pas visité (on peut en deviner le toit au troisième plan). La pagode visible au milieu est le temple de l’Écho dont il existe un panoramique sur la page principale.

Une vue du site du temple du Ciel (Pékin), le 21 août 2005  Une vue du site du temple du Ciel (Pékin), le 21 août 2005

Sin-kiang (visites culturelles)

Venons en maintenant à la province (musulmane) de l’ouest du pays. Pour commencer dans la région de Tourfan, voici les ruines en pisé de Jiaohe Gucheng qui remontent à la dynastie des Han.

Les ruines de Jiaohe Gucheng, le 5 août 2005  Les ruines de Jiaohe Gucheng, le 5 août 2005

La vallée aride de Bezeklik renferme les grottes des Mille Bouddhas (en fait, des salles troglodytes). Très dégradé par les vicissitudes de l’Histoire, ce site est en outre interdit d’être photographié. Tout le monde se rabat donc sur le paysage qui est loin d’être inintéressant (même si ce serait bien mieux par beau temps).

Bezeklik (grottes des Mille Bouddhas), le 5 août 2005  Bezeklik (grottes des Mille Bouddhas), le 5 août 2005

Cela me dérange toujours de mettre un s à Bouddhas mais c’est bien comme cela qu’il convient apparemment de l’écrire.

De Kachgar je n’ai pu photographier (en relief) qu’un monument qui est loin d’être le plus intéressant, le mausolée de Youssouf as Hadjib (outrageusement restauré comme on peut s’en rendre compte).

Le mausolée de Youssouf as Hadjib à Kachgar, le 20 août 2005  Le mausolée de Youssouf as Hadjib à Kachgar, le 20 août 2005

Tour du Mustagh-ata

Très peu d’emplacements le long du trek se sont avérés propices à la photo en relief (j’ai eu beau essayer…). Les pénitents du glacier de Jumbulac font quand même leur petit effet.

Les pénitents du glacier de Jumbulac, le 10 août 2005  Les pénitents du glacier de Jumbulac, le 10 août 2005

Voici une deuxième photo de ce même glacier, avec un arrière plan les pentes du Kuksaï (7177 m) et du Mustagh-ata (7546 m) (vers la droite).

Le glacier de Jumbulac, le 10 août 2005  Le glacier de Jumbulac, le 10 août 2005

Les nuages ne sont quand même pas très bien venus…

Beaucoup plus loin dans le trek, l’un des plus beaux paysages que nous ayons rencontré, le glacier de Kuksaï (contrairement aux autres qui sont numériques, cette photo est une (double) diapositive scannée).

Le glacier de Kuksaï, le 14 août 2005  Le glacier de Kuksaï, le 14 août 2005

Les deux photos suivantes sont bien moins intéressantes mais sont relativement réussies du seule point de vue de l’effet de relief. Cette sorte de cañon a été photographié quelques centaines de mètres à peine après la photo précédente. C’est dire que le paysage change vite ! Malheureusement je préférais avant…

Cañon à l’entrée des prairies de Karadjilka, le 14 août 2005  Cañon à l’entrée des prairies de Karadjilka, le 14 août 2005

Et enfin ces cailloux un peu biscornus (et même percés, ce qui ne se voit pas trop ici) ont été photographiés à Langer, l’avant-dernier camp du trek.

Cailloux près de Langer, le 17 août 2005  Cailloux près de Langer, le 17 août 2005